Le Jubilé de la Miséricorde par Mgr Guy de Kerimel

Notre Évêque nous invite à vivre pleinement cette année sainte et à profiter du temps de la grâce.

« C’est le temps de la Miséricorde », nous répète le Pape François. L’ouverture de la Porte Sainte, le 8 décembre à Saint-Pierre de Rome, marquera d’une manière spéciale et tout au long de l’Année Jubilaire, l’heure de la Miséricorde. Dieu nous ouvre largement ses bras aimants ; Jésus nous attire à son Cœur Transpercé qui est la Porte d’accès auprès du Père ; l’Esprit Saint nous envoie appeler les pauvres, les malades, les pécheurs, les estropiés, les personnes marginalisées, pour leur faire découvrir combien ils sont aimés de Dieu.

Dans notre diocèse, j’ouvrirai une porte sainte à la cathédrale de Grenoble, le dimanche 13 décembre à 10h, et une autre porte à La Salette, le 19 mars 2016 après-midi.

J’invite tous les chrétiens du diocèse à participer, selon leur possibilité, à la célébration d’ouverture d’une de ces portes saintes, mais aussi à y venir en pèlerinage seuls ou, de préférence, avec leur paroisse ou leur mouvement ou leur fraternité, afin d’accueillir la grâce du jubilé, pour eux-mêmes ou pour les défunts.

Vivre le jubilé consiste à accomplir certaines démarches : faire le rite de passage par la porte sainte, recevoir personnellement le sacrement de la réconciliation, participer à l’Eucharistie, confesser la foi de l’Église, prier aux intentions du Saint Père, et pratiquer des œuvres de miséricorde (visiter une personne seule ou malade, ou tout autre acte de charité…).

Il s’agit essentiellement d’accueillir le don gratuit de Dieu et de s’engager sur un chemin de conversion. Nous sommes invités à ouvrir radicalement notre cœur à Dieu et à notre prochain, sans chercher à nous justifier par nous-mêmes. Celui qui cherche à se justifier garde souvent le cœur dur envers lui-même et envers les autres. Celui qui fait l’expérience de la miséricorde de Dieu n’a plus peur de sa propre misère ni de celle des autres. Son cœur s’attendrit, car il apprend à se voir et à voir les autres dans le regard même de Dieu. Il fait confiance à Dieu, il compatit à la misère de son prochain.

Je suis convaincu que le Jubilé de la Miséricorde sera une grande grâce pour chacun, pour notre diocèse, pour l’Église universelle et pour le monde. Dans la continuité de la Pentecôte 2013, L’Année Sainte contribuera à la transformation missionnaire de notre Église diocésaine, et à lui redonner une nouvelle jeunesse, un nouveau souffle, dans une joie contagieuse.

Dans un monde entré dans une instabilité probablement durable, nos sociétés sont tentées de s’enfoncer dans la peur et le repli, dans l’oubli, voire le rejet, des plus faibles. La Miséricorde est le chemin d’une humanité réconciliée, le rempart des plus faibles ; elle seule peut aider notre monde à ne pas s’enfoncer dans la violence et les divisions. Il est urgent pour les chrétiens de revenir aux sources de la Miséricorde et d’en être les missionnaires, en la mettant en œuvre.

Je vous souhaite une bonne Année Jubilaire.

+ Guy de Kerimel
Évêque de Grenoble-Vienne

Enregistrer au format PDF