2016 : Année de la Miséricorde et de l’Appel - réfléxion du Père Biju

" Viens, Il t’appelle ! " - Inspiré par l’appel de la " Belle Dame" à La Salette, le Père Biju Abraham, Missionnaire de Notre-Dame de la Salette, nous livre une méditation sur cette invitation aux hommes à écouter l’appel de Dieu. En lien avec le thème 2016 de notre Église diocésaine.

" Viens, Il t’appelle ! "

Que signifie le mot "appel" ?
Plusieurs sens possibles existent pour ce nom. Nous pouvons évoquer notamment :
- Invitation à venir, adressée par la voix ou par tout autre moyen (répondre à l’appel de quelqu’un)
- Action d’inviter quelqu’un, un groupe à une action (Un appel à la révolte)
- Action de recourir à un groupe, à son action, à son influence (un appel à l’intervention étrangère)
- Action, pouvoir de ce qui attire,excerce un attrait sur quelqu’un (l’appel au large, de la forêt)
- Action par laquelle on vérifie, en appelant successivement leurs noms, la présence de certaines personnes en un lieu (être présent au moment de l’appel)
- Action d’appeler, d’attirer l’attention de quelqu’un par la voix ou par un geste.

La Salette ou l’appel d’une mère miséricordieuse

" Avancez, mes enfants, n’ayez pas peur, je suis ici pour vous conter une grande nouvelle "
Comme dans la Bible, Maximin et Mélanie ont eu aussi un appel extraordinaire. Le 19 septembre 1846. Marie, " la Belle Dame" comme l’ont décrit les deux bergers, leur confie une "Grande Nouvelle" à partir du chemin de leur vie. Marie est venue rencontrer ces enfants, non pas dans une église mais sur leur lieu de travail : la montagne de la Salette. C’est en larmes qu’elle va leur parler. Ces larmes montrent que, même si elle n’est plus de ce monde (cf. J 17), elle ne cesse d’être présente dans la vie difficile des paysans de l’époque, aux joies et drames des hommes, femmes et enfants de tous les temps et de partout. Mais, derrière ces larmes, les mots sont prononcés pour réveiller l’Espérance : " n’ayez pas peur". C’est le premier appel, ici, à La Salette, entendu par deux petits bergers.

La Salette est un appel à rencontrer le Christ Miséricordieux, fils de Marie

Quand Marie est apparue dans ces montagnes, elle portait un grand crucifix sur sa poitrine. Les enfants disaient que toute la lumière venait du Christ ; Marie et les enfants étaient, tous trois, baignés de cette lumière. Le Christ était le centre de l’apparition et Marie a parlé tout le temps de "son Fils". L’apparition de Marie à La Salette est donc une apparition christocentrique. La Vierge nous appelle à rencontrer "son Fils", Jésus, et à se tourner vers Lui. Elle nous montre le Christ miséricordieux, crucifié pour nous. A travers cette apparition, c’est un appel à nous tourner vers le Christ miséricordieux au moyen du sacrement de la réconciliation

Qui sont les deux bergers "choisis" par Marie ?

" Eh bien, mes enfants, vous le ferez passer à tout mon peuple" conclut Marie en français.
La Vierge a appelé ces deux enfants "ignorants" à porter son message à "tout son peuple". Les enfants n’auraient jamais pu imaginer qu’ils recevraient une telle mission de la part de Dieu. C’est la nature de cet appel : c’est Dieu qui nous appelle, ce n’est pas nous qui Le choisissons. Il nous donne une mission et les moyens pour la réaliser. il nous suffit d’ouvrir notre coeur, avec humilité, pour répondre à cet appel.

Marie associe les enfants à sa mission de prière, mais aussi à sa mission de messagère. Si le message confié à Maximin et Mélanie nous est parvenu, c’est que l’Eglise s’en est sentie dépositaire pour l’interpréter et le transmettre à nouveau. Le peuple de Dieu n’est pas seulement le destinataire de la nouvelle ; il en est aussi le messager. L’Eglise, encore traumatisée par les persécutions de la Révolution, reçoit ce message de La Salette comme une confirmation de ses efforts à demander le repos dominical et le respect du Nom du Sauveur. Les gens de la montagne ont compris tout de suite qu’il fallait se convertir. Le mouvement de conversion dépasse le canton de Corps et la France et suscite un renouveau spirituel.

Et nous qui vivons dans un contexte de société radicalement différent, n’y verrions-nous pas le même appel ? Notre Dame de la Salette est convaincue que la prière change le monde, mais aussi que, sans conversion, elle ne peut contenir le danger.

P. Biju Abraham MS

Enregistrer au format PDF